Freelance indépendant, quel statut juridique choisir ?

Lorsqu’on se lance en tant que freelance, quel que soit le domaine, une des premières étapes consiste à choisir un statut. En effet, il est indispensable de déclarer son activité. Le choix du statut va avoir des conséquences sur la gestion de l’activité en amenant des possibilités et des contraintes.

On me demande souvent mon avis sur le meilleur statut. Ma réponse : Il n’y en a pas ! Cela dépend de votre activité, de votre fonctionnement, de votre chiffre d’affaire prévisionnel, de vos besoins, … C’est pour cette raison qu’il vaut mieux se poser, réfléchir et peser le pour et le contre de chaque statut.

Lorsqu’on parle d’être indépendant, il y a la plupart du temps 3 solutions qui ressortent. Il en existe pourtant une quatrième, moins connus qui pourrait bien vous intéresser.

Les différents statuts possibles pour un freelance indépendant

Commençons par les 3 solutions les plus connues.

Opter pour le statut d’auto-entrepreneur (micro-entrepreneur)

L’auto-entrepreneur est souvent choisi par les indépendants qui démarrent. En effet ce statut est simple à créer (en ligne), peu coûteux et la gestion administrative comme la comptabilité sont minimes.

Les charges sont également réduites par rapport à une société ou du salariat. Attention toutefois, elles sont calculées sur la base de votre chiffre d’affaire et non de votre bénéfice.

Vous n’êtes pas assujetti à la TVA (Vous ne la récupérez donc pas).

L’inconvénient majeur, c’est que vous avez un plafond de chiffre d’affaire à ne pas dépasser. Au delà vous passez automatiquement en entreprise individuelle.

C’est une solution souple pour ceux qui n’ont pas peur de faire un peu d’administratif et qui souhaitent soit un complément de revenu, soit démarrer une activité avec peu de risque.

Choisir l’entreprise individuelle

L’entreprise individuelle est tout aussi simple et peu couteuse à créer. Comme son nom l’indique, elle désigne une entreprise à votre propre nom et sans associé.

Par contre, la comptabilité est un peu plus complexe à gérer. Vous serez assujettis à la TVA, vos impôts seront calculées sur votre bénéfice mais vous n’aurez pas de plafond de chiffre d’affaire.

Créer une société

Le troisième choix qui s’offre à vous est la création d’une EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) ou SASU (Société par Action Simplifiées Unipersonnelle).

Ce sont toutes des formes de sociétés qui auront donc leur propre existence en tant que personne morale.

La comptabilité sera beaucoup plus rigoureuse et il est souvent recommandé de s’entouré d’un expert comptable.

Les couts de création sont plus élevés et les formalités sont plus complexes et nombreuses.

Ce statut correspond à ceux qui souhaitent évoluer et qui pensent revendre leur société plus tard.

Le choix d’une société permettait aussi de prendre moins de risque car le patrimoine de la société était séparé de celui de l’entrepreneur. A l’heure où j’écris cet article, de nouvelles propositions de lois devraient faire changer les choses et permettre aux entrepreneurs indépendant d’être également mieux protégés.

Avez-vous pensé au portage salarial ?

Connaissiez-vous le portage salarial ?

C’est un statut hybride entre le salariat et l’activité d’indépendant. Pour faire simple, vous êtes indépendant et vous gérer votre activité dans une structure qui vous salarie et gère tout l’administratif contre un forfait ou un pourcentage de votre chiffre d’affaire.

C’est la solution idéale pour ceux qui ne veulent pas prendre de risque et qui ne veulent rien gérer ! En plus à chaque fin de mois vous avez une fiche de paie et vous pouvez bénéficier du chômage si vous stoppez votre activité. Certaines société de portage vont même plus loin que la gestion de la RH et de la paie, elles vous propose d’utiliser leur numéro d’organisme de formation, vous apporte une aide juridique, …

Pour ma part je suis en portage salarial chez Webportage. J’ai commencé chez eux en 2006, puis créé d’autre activités et j’y suis revenu en 2022.

Ce que j’aime chez Webportage

Déjà leur côté précurseur et innovant ! Les ayant connu à leurs débuts, j’ai pu voir l’évolution. Ils ont toujours eu un temps d’avance grâce à une digitalisation dès le début de l’activité. Même si comme partout il y a parfois des bugs, il y a toujours ce désir d’innover tout en restant au service du client

De plus, leur service est plutôt efficace et l’accueil est toujours très agréable. Le pôle accueil qui centralise toutes les données répond avec le sourire et transmet aux services experts dans leurs domaines en cas de question plus poussée (RH, juridique, technique, …).

En tant que formateur, je bénéficie d’une interface sur Digiforma qui me permet de piloter administrativement mes sessions de formations.

Enfin, je peux me faire rembourser mes frais kilométriques et d’achat de matériel/logiciel à partir de CA généré.

Et cerise sur le gâteau, même si aujourd’hui je ne m’en sers pas, il y a possibilité de créer des comptes communs avec un ou plusieurs autres portés pour des projets à plusieurs. La facture arrive sur le compte commun et le chiffre d’affaire est réparti en fonction d’une clé de répartition que nous définissons.

Vous allez me dire que c’est le statut rêvé ? Attention, si le portage salarial a bien des attraits, il doit correspondre à vos besoins pour être une bonne solution pour vous.
Par exemple il n’est pas possible de faire prendre en charge un bail pour un local et certains frais ne peuvent être pris en compte.  Et en effet cela peut-être une très bonne solution si cela correspond à votre fonctionnement. En tous cas, c’est une piste à étudier …

 

Vous l’aurez compris ! Le plus important est d’analyser chaque statut par rapport à VOTRE situation et VOS besoins. Pour chacun il y a des atouts et des contraintes.

Partager ...

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Pinterest